• Guillaume de Brabandère

Étapes 49-50 (Bergerac)

Ces jours-ci, la chaleur est accablante (34 degrés à l’ombre) si bien que l’on est obligé de faire une pause aux heures chaudes. Les journées débutent à 6h30, on marche jusque 12-13h. Après une bonne pause jusque 17h, les températures deviennent plus supportables et l’on peut continuer sa route.


Cette 49e étape me conduit à Grun-Bordas après 31 km.

La nature est grandiose par ici. Je pourrais marcher sans jamais m’arrêter au milieu de tels paysages. Après une bonne pause à Chalagnac, je continue ma route. Quelques kilomètres après Grun-Bordas, je retrouve Pieter. L’on s’arrête de marcher à 21h30, le temps de planter la tente et nous tombons comme des mouches.

Le lendemain, nous commençons à marcher à 6h40. Au menu de cette 50e étape: 32 km à parcourir jusqu’à Bergerac.

Peu avant Bergerac, on traverse une réserve naturelle. On arrive à un lac paradisiaque où beaucoup de gens nagent. En moins de temps qu’il ne faut pour le dire, me voilà à l’eau avec Pieter. Avec de telles chaleurs, c’est exactement ce qu’il nous fallait.

Bergerac est une petite ville très pittoresque dont je tombe amoureux. On visite l’église dédiée à Saint-Jacques et on se ballade dans ces petites rues si agréables. La ville compte plusieurs statues de ce cher Cyrano.

Alors qu’on s’apprêtait à planter la tente au bord de la Dordogne, une dame nous aborde sur le pont, croyant que l’on avait fait tomber un masque. 30 secondes plus tard, elle nous propose de dormir à la maison. Ce n’est pas la première fois que cela m’arrive mais je n’en reviens pas. Parfois j’en viens vraiment à me demander s’il n’y a pas des gens qui m’attendaient. Ce n’est pas possible autrement...


Alain et Véronique sont d’anciens pèlerins qui se font une joie de nous accueillir. On partage un bon repas avec eux. Véronique nous propose même de faire nos lessives. Depuis leur terrasse nous avons une vue incroyable sur la ville de Bergerac et la Dordogne.

Portez-vous bien et à très vite !