• Guillaume de Brabandère

Étapes 47-48 (Périgueux)

La 47e étape me mène de Thiviers à Sorges, c’est une petite journée qui s’annonce. Sur ma route, je croise beaucoup de petits vergers. Dommage qu’il est un peu tôt dans la saison pour en profiter.

La première pause du jour a lieu à Négrondes où je tombe sur un beau vitrail de Saint-Jacques à l’église du village. J’y retrouve Rob et Valérie.

Début d’après-midi, j’arrive à Sorges. La petite église romane vaut le détour. En raison des fortes chaleurs, je décide d’y rester pour l’après-midi. Ce petit village en pierres du pays est charmant.

Vers 18h, je continue mon chemin. Peu après Sorges, j’ai la mauvaise surprise de me faire attaquer par un chien. Dans ce genre de cas, on est content d’avoir un bâton pour maintenir l’animal à distance. J’avance à reculons en faisant des arcs de cercle avec mon bâton pour me défendre.

Une heure plus tard, je plante ma tente avant de profiter d’un beau coucher de soleil.

Ayant planté ma tente au bord du chemin, j’ai la bonne surprise au petit matin d’entendre Rob, parti de bonne heure, me réveiller vers 7h30 avec son doux accent hollandais. Il me l’avait promis la veille.


Il est maintenant l’heure de se diriger vers Périgueux, capitale du Périgord. Je passe une bonne partie de la journée dans la forêt. Avec cette chaleur, cela fait plaisir d’être à l’ombre.

À Périgueux, je passe la nuit à l’accueil pèlerins tenu par l’association des Amis de Vézelay. Sous le charme de Périgueux, je décide d’y rester une journée afin de m’imprégner de cet endroit.

Je vous partage le témoignage d’un Belge qui a fait Bruxelles-Compostelle en 2002.

Le 12 juin, je passe la journée à Périgueux. Le matin, je fais un tour dans le vieux centre. C’est jour de marché, l’ambiance est très sympa. Je passe un moment à la cathédrale Saint-Front. Avec ses coupoles et son style byzantin, c’est un véritable bijou. Elle fait d’ailleurs partie du patrimoine mondial de l’UNESCO.

La journée se poursuit avec un passage par les anciennes arènes romaines, les vestiges des vieux remparts de la ville et une visite d’une villa gallo-romaine. Voir autant de belles choses après avoir autant marché, cela a une saveur particulière.

Le soir, j’ai la chance de rencontrer Saint-Jacques en personne. Me voilà fin prêt pour les derniers kilomètres!

Mais surtout, je rencontre Pieter, un jeune Belge de 24 ans. Il est parti à pied de Lommel dans le Limbourg. À peu de choses près, on a donc emprunté le même itinéraire. C’est sympa d’échanger nos anecdotes. Les 2 communautés du pays se retrouvent pour le premier match des Diables, et ce après avoir parcouru des centaines de kilomètres. Voilà un beau symbole !


Portez-vous bien et à très vite !