• Guillaume de Brabandère

Étapes 31-32 (Nevers)

“C’est parce que j’étais la plus pauvre et la plus ignorante que la Sainte-Vierge m’a choisie”


Après une bonne nuit chez Xavier et Martine, je me dirige vers le couvent des Sœurs de la Charité de Nevers. C’est ici que Bernadette Soubirous a passé les 13 dernières années de sa vie comme religieuse après les apparitions à Lourdes. Je commence par un petit tour dans les jardins du couvent où se trouve une reproduction de la grotte de Massabielle.

Dans ces jardins, on trouve également une petite chapelle où le corps de Bernadette a reposé avant qu’elle ne soit béatifiée. Dans un coin du jardin, une statue de la Vierge où Bernadette venait souvent prier. “C’est celle qui me rappelle le plus la dame que j’ai vue. Elle me regardait comme une personne” disait-elle.

Dans la chapelle principale du couvent, il est possible de se recueillir devant le corps de Sainte-Bernadette. Moment fort en émotions, la plupart des gens ont les larmes aux yeux. Depuis sa mort en 1879, son corps est toujours intact, comme pétrifié. Une dame en pleurs me demande si elle peut confier une intention à Sainte-Bernadette de ma part.


Ensuite, je me rends à la cathédrale Saint-Cyr et Sainte-Julitte, l’une des rares à compter un chœur gothique et un chœur roman. Je suis impressionné par la modernité des vitraux de cette cathédrale. Je termine ce tour de Nevers par le palais des ducs et ses jardins et enfin le palais épiscopal désormais transformé en palais de Justice.

Déjà trempé, je quitte Nevers sous une pluie battante... Après avoir parcouru une petite dizaine de kilomètres dans Nevers, je prévois une courte étape.

Ce soir, je fais étape à Saint-Parize-le-Châtel dont l’église compte une jolie crypte romane du 12ème siècle.

Alors que je m’apprêtais à passer la nuit dans le lavoir du village malgré le froid, je rencontre un monsieur qui me propose de passer la nuit à la maison. On discute un peu et de fil en aiguille, j’apprends que c’est le grand-oncle de Delphine, que je connais très bien. Je trouve d’ailleurs une photo d’elle sur le frigo. Il fallait un énorme concours de circonstances pour que je rencontre ce monsieur et pourtant... à croire que c’était écrit dans les Livres que j’allais passer la nuit chez ce monsieur.


Toujours est-il que je passe un très bon moment chez Olivier et me voilà plein d’énergie pour continuer ma route.

Le Veurdre est le village étape du soir. Juste avant d’arriver, je traverse l’Allier en passant par un pont qui faisait office de ligne de démarcation lors de la seconde guerre mondiale. Par la même occasion, j’arrive en Auvergne. Cette nuit-là, je dors dans un abri pèlerins mis à disposition par la mairie.

Portez-vous bien et à très vite !