• Guillaume de Brabandère

Étapes 11-12 (Reims)

La 11e étape me mène de Hauteville à Boult-sur-Suippe. Au menu du jour: plus de 33km, il s’agit de la plus longue étape pour le moment mais le corps répond bien et j’arrive à destination après 5h40 de marche. Sur la route, je ne traverse pas seulement des champs de céréales aujourd’hui. Je suis surpris par le nombre de champs d’éoliennes qu’il y a dans la région. Au départ, j’avais prévu de faire étape à Bazancourt mais n’ayant pas trouvé de toit, je file au village d’à côté où je passe la nuit chez un ancien horticulteur qui lui aussi, s’est retrouvé un beau jour sur les chemins de Compostelle il y a déjà quelques années.

27 mars, 12ème étape et voilà que je m’apprête à rejoindre la première grande ville sur ma route: Reims, cette ville chargée d’histoire et sa cathédrale si mythique où la grande majorité des Rois de France ont été consacrés. Quelle joie lorsque j’aperçois au loin la ville. En réalité, je n’y étais pas encore car il ne s’agissait en fait que des faubourg. C’est un peu le problème des grandes villes, je passe facilement une bonne heure à traverser les banlieues de Reims. Cependant, cela valait le coup d’attendre.

J’arrive à Reims par la Porte de Mars, l’une des portes les mieux conservées de l’époque romaine. Et très vite j’aperçois déjà le chef-d’œuvre de cette ville: la cathédrale Notre-Dame.

Bien que les jambes deviennent lourdes, je fais un petit tour à la cathédrale. En temps normal, un accueil pèlerins est prévu à la cathédrale mais ce n’est pas le cas en raison du covid. Je me dirige ensuite vers la maison diocésaine Sainte-Sixte, premier séminaire de France où je passerai la nuit. Le cloître est magnifique !

Le soir, le moral n’est pas au beau fixe car j’apprends que le département de l’Aube (où se situe Troyes, suite de mon périple) passe en zone rouge... De plus, au vu de l’aggravation de la situation épidémique en France, la menace d’un reconfinement généralisé pèse... Contourner le département de l’Aube représente un détour d’une bonne centaine de kilomètres mais comme c’est la seule option pour continuer mon chemin, je décide de changer quelque peu mon itinéraire. Quand on fait Compostelle, on n’est plus à quelques kilomètres près...


Le lendemain matin, je fais un tour dans le vieux centre. Ensuite je retourne à la cathédrale où j’assiste à la célébration pour le dimanche des Rameaux. Malgré le covid, la cathédrale est bondée ! Dans un lieu chargé d’histoire comme ça, c’est un moment assez prenant. Après avoir passé la matinée à Reims, il est plus que temps de se remettre en route.


Portez-vous bien et à très vite !